Iles du Salut (guyane)

Publié le par luc

Peu de vent, iles du salut 003 REDITle capitaine en profite pour équiper sa nouvelle annexe et débarquer avec aux îles du Salut.iles du salut 006 REDIT
















Cet archipel de 3 îles forme un triangle. Les premiers navigateurs les appelleront les îles du triangle. Très vite, les dangers et les difficultés de navigation leur valent le nom des îles du Diable.
ile royale 151 REDIT

A la fin du 17ème siècle elles sont un havre de paix pour les rescapés de la dramatique expédition de Kourou et sont renommées les Iles du Salut.
De 1852 à 1948, elles furent le site d'un des bagnes les plus inhumains.

ile royale 053 REDITile royale 072 REDIT

 

 

L' Ile Royale (la plus grande) abrite les services administratifs et accueille les prisonniers de droit commun.

 

Les plus chanceux, les plus riches ou les plus assagis se voyaient offrir des responsabilités et pouvaient se déplacer en semi-liberté.ile royale 058 REDIT








Entre détenus : rackets, assasinats, réglement de comptes étaient monnaie courante.

ile royale 045 REDIT

Francis Lagrange faussaire, résida 18 ans à ce bagne. Il décora la chapelle de fresques pendant 8 ans. Ses personnages représentent les bagnards.ile royale 038 REDIT Guillaume Seznec sous la tête du cheval de droite.
ile royale 043 REDIT
Le sentiment d'avoir été injustement condammé poussait souvent les hommes à s'évader. Guillaume Seznec tenta de fuir 2 fois. Mais de ces îles, on ne s'évade pas.ile st joseph 145 REDIT

Sur l' Ile Saint Joseph, les bagnards étaient vite conscients du traitement qui les attend : travail, incarcération, isolement, promenade minimale et obligation de silence. Les plafonds des cellules, à ciel ouvert, étaient munis de barreaux permettant une surile st joseph 096 REDITveillance continue..... ile st joseph 105 REDITile st joseph 104 REDIT

Sur cette île du Silence la végatation reprend ses droits comme pour vouloir cacher et effacer, un demi siècle plus tard, la souffrance de ces hommes.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article